Recommandations du management interculturel

Le management culturel nécessite de chercher à comprendre les autres cultures, mais également de prendre du recul sur son système de valeurs et sur ses jugements. Des conseils concrets en découlent pour la communication interculturelle et pour les mode de management.

Adaptation du management dans les relations interculturelles

Reconnaître la relativité des outils de management

Il convient de se mettre d'accord sur les indicateurs, les termes utilisés, car ceux-ci peuvent être compris différemment. Afin d'améliorer la compréhension, des schémas et des représentations sont utiles, car le langage n’est pas neutre.

L'adaptation du management à l'environnement dans lequel il s'exerce

Selon les types d'implantations et les pays, il est fréquent d'observer de la part des ressources humaines locales de moins forts niveaux de loyauté, attachement, implication et confiance envers les dirigeants que dans les implantations du pays d'origine. Des difficultés de communication et des préjugés doivent être également attendus.

Tenir compte des différences de culture ET de personnes

Toute relation entre des individus de cultures différentes fait appel à des rapports de culture car la culture conditionne dans une certaine mesure les modes de pensée, mais également de personnes. Les normes et les valeurs sont sociétales, les besoins et les attitudes individuels.

Bien communiquer

L'essor d'internet et l'utilisation de certains symboles visuels utilisés à l'échelle mondiale pourraient laisser penser que les modes de communication tendent à s'uniformiser dans le monde entier. Or, les modes de communication conservent des particularités locales plus ou moins fortes, par exemple au niveau des symboles. Le blanc est-il ainsi la couleur du deuil au Japon et la cigogne l'animal symbolisant la mort de la mère à Singapour. Dans des situations de communication interculturelle, il faut donc éviter l’humour et les jugements de valeurs, qui ne sont pas universels.

L'intonation, le niveau de langage, les gestes, les expressions faciales, le regard, la voix et les signes varient également selon les cultures. Par exemple, les Bulgares hochent la tête de gauche à droite pour dire oui. Les Scandinaves regardent habituellement leur interlocuteur dans les yeux, mais pas les Anglais.

Les Américains ont tendance à parler fort. De même, les Français augmentent le ton pour convaincre, ce qui peut être perçu comme une dispute dans certaines cultures. Par exemple, en Finlande, la valeur nationale est le silence si bien que les Finlandais, bien qu'ils soient hospitaliers, sont discrets et communiquent peu.

Le degré de formalisme joue également : les Anglo-saxons sont généralement informels et paraissent optimistes et enthousiastes, même lorsque tout va mal. Le sourire est important pour les Américains, l’amabilité compte davantage que l’intelligence.

 

Pour aller plus loin

www.institutdesondage.com